Sauveterre de Rouergue,
Bastide des métiers d'art

Sauveterre de RouergueC’est à la Pentecôte de 1280 que Philippe III le Hardi, Roi de France décide de fonder la bastide de Sauveterre au cœur du Ségala. Plateau délimité par les ruisseaux du Lézert et du Mergou, le site est facile à défendre.

Sauveterre de RouergueVéritable politique d’urbanisation de l’époque, la création de ces Villes Nouvelles des 13e et 14e siècle, permet de fixer une population en pleine expansion démographique. De plus, ce mouvement donne au Roi le moyen d’affirmer sa puissance et d’affaiblir les pouvoirs ecclésiastiques et féodaux.
« Une fois proclamée à grands appels de trompe, le plan et le parcellaire tracés par les arpenteurs, arrivent les premiers habitants attirés par les privilèges de la nouvelle fondation. Chacun prend possession de son casal ou terrain à bâtir, de sa parcelle de jardin, lève une maison encore sommaire, allume et entretient un feu, défriche les terres. » (d’après Sauveterre-de-Rouergue de B. Alary et P.M. Marlhiac)
Sous la tutelle du Bayle (juge royal), représentant le Roi et administrée par les consuls élus par les habitants, la bastide s’édifie à la manière d’un lotissement. Sur un plan de 225 m par 175 m dont la place occupe le centre, la bastide s’articule autour de 9 ensembles de lots à bâtir. La ville est dotée de 4 rues principales et coupées par des rues traverses se prolongeant sur le tour de ville et desservant les jardins. Chaque parcelle de jardin, dotée d’un puits est le complément indissociable du lot à bâtir.
Rapidement (à partir des années 1320), la ville se dote de fortifications la clôturant.
D’origine essentiellement agricole, la population de la bastide se heurte à l’absence de terroir : la déclivité importante du terrain et l’hostilité des seigneurs locaux condamnent toute possibilité d’expansion et de développement agricole.

Sauveterre de RouergueReste alors à trouver de nouvelles orientations.
La bastide sera donc commerçante et administrative, aidée en cela par les privilèges fiscaux octroyés par le Roi. Petit à petit apparaissent des activités diverses : forge, coutellerie, chapellerie, draperie, boucheries … alimentant le petit commerce ou s’exportant. Arcades, échoppes et boutiques témoignent de l’effervescence économique de la ville. En parallèle, la ville se structure et s’organise.
A chaque quartier correspond une fonction particulière : marchande, alimentaire, religieuse, éducative, administrative, d’assistance ou judiciaire. Quatre consuls – un par quartier – administrent la ville. Elus chaque année le lendemain de Noël, ils sont issus des classes aisées.
La ville est le siège d’un baillage, circonscription juridique, allant de l’Aveyron au Viaur.
C’est ainsi que, jusqu'au début du XVIIe siècle,  Sauveterre exerce sur le territoire environnant un rayonnement à la fois administratif et économique.
Mais les pestes et les famines feront fuir les habitants les plus riches vers des lieux plus préservés. Isolée sur un plateau entouré de ravins, Sauveterre s'immobilise à partir du XVIIIe siècle et reste à l'écart des grandes voies de communication.
A partir du milieu du XXe siècle, soutenues par les habitants soucieux de restaurer un patrimoine bâti de grande qualité, les équipes municipales successives misent sur une intégration progressive dans les circuits touristiques.
Aujourd'hui, la commune  bénéficie de commerces et services de proximité et d'un maillage d'artisans d'art de grande qualité. Ces atouts ont justifié la création d'un pôle d'artisanat d'art avec le soutien de la communauté de communes du Pays Baraquevillois. Ce projet de faire de Sauveterre une « Bastide des métiers d'art » s'est concrétisé par la rénovation de l'ancien couvent et du presbytère, affectés à la tenue de futures expositions, à la promotion du pôle et à l'accueil de stages de loisirs créatifs assurés par les artisans du territoire. Il a abouti à la construction de huit nouveaux ateliers d'art accueillant les artisans et artistes récemment installés dans la commune, d'expressions différenciées et complémentaires aux artisans installés de longue date.

Office de Tourisme de Sauveterre-de-Rouergue
Rue des Arcades
12800 Sauveterre-de-Rouergue
Tél : 05 65 72 02 52 - Fax : 05 65 72 02 85
Courriel : contact@aveyron-segala-tourisme.com
Internet : www.aveyron-segala-tourisme.com